mercredi 30 mai 2012

BASF Gesellschaftshaus, Ludwigshafen


On ne peut pas dire que la région sud de Francfort soit la plus belle d’Allemagne si l’on reste le long de l’Autobahn… Ce sont des villes bien industrielles où l’on retrouve de grands noms de la chimie, de la pharmacie, et même le stade SAP pour ceux qui connaissent le géant informatique allemand. Ville jumelle de Mannheim, Ludwigshafen Am Rhein n’est pas en reste…Triste, des rues alignées perpendiculairement, bref rien de très folichon. Mais…une particularité ! C’est ici le berceau du géant BASF ! J’en vois déjà qui se demande « de quoi il parle celui la…. ». Pour ceux d’une « certaine génération » qui ont connus les cassettes, les walkmans, et autre lecteurs…les notions de C45, C90 et C120 leur seront familières !! Et pour les autres, sachez que BASF est un empire de la chimie, présent dans 80 pays, qui emploie plus de 1000000 personnes, présente dans pas mal de domaines. Il faut donc réaliser que la ville est un peu sous le joug de cette entreprise.



Pour ces raisons je suis allé dîner comme un grand chez BASF !!! Non je n’ai pas mangé une cuisine chimique je vous rassure….Déjà le nom ronfle… BASF Gesellschaftshaus.. Tout un programme ! Il s’agit en réalité des bâtiments historiques de la firme qui ont été reconvertis en restaurant gastronomique français (et autres activités comme des concerts). Dans un magnifique jardin, un beau bâtiment de brique, une entrée un peu presque comme à Schönbrunn, une dame bien aimable accueille les hôtes et les emmènent dans la salle de restaurant située au premier étage.



La salle est ce que j’appellerais du classique confortable, des sofas ou banquettes, des tables élégamment dressées. Un endroit assez bourgeois et bien agréable avec une clientèle plutôt orientée business ce soir la. Le service d’entrée est présent, avec plusieurs sommelier et maître d’hôtels.




La carte n’est pas des moins intéressante mais ne fait pas non plus preuve de très grande originalité. On sent quelque chose de déjà un peu scolaire, voire école hôtelière, ce qui évidement n’a rien de désagréable en soi.


Mon choix s’est porté sur de fines pâtes noires avec des algues passepierre avec quelques tomates-cerise confites et une sauce à l’écrevisse. La présentation me rappelle la gastronomie des années 80 ; c’est bon mais…un peu trop crémeux et un peu trop riche. Mais je suis sur que cela doit bien plaire car c’est gourmand.


En plat principal je recherchais quelques d’un « peu différent » et ai pu dénicher un filet d’agneau avec des oignons gratinés sur des poireaux avec un soufflé au pumpernickel et fromage de chèvre. Au cas où, le pumpernickel est un pain plutôt nordique extrêmement compact et fort goûteux. Une belle assiette mais quand même un peu chargée dans son visuel, avec un filet parfaitement cuit recouvert d’une panure herbée, un lit de poireaux généreusement crémeux et sur le coté, une sorte de muffin élaboré j’imagine à partir des ingrédients du pumpernickel avec sur le dessus le fromage. Au niveau des produits il n’y a strictement rien à dire, pareil pour les cuissons. Mon reproche c’est le coté un peu lourd de ce plat…et peut-être le manque d’accord réel entre les différentes composantes, mais cela reste néanmoins de la gastronomie comme je l’ai déjà dit des années 80 avec probablement quelques « alignements » avec les goûts et exigences locales.


Quelques verres d’Ursprung de la maison Schneider, un vin tout à fait correct a base de Cabernet Sauvignon / Merlot / Portugieser.

Si "par chance" vous passiez par Ludwigshafen Am Rhein (ou Mannheim), ne manquez pas de faire une petite visite chez BASF et dîner dans cet établissement gastronomique tout à fait recommandable et définitivement parfait pour un repas d’affaire.