dimanche 23 avril 2017

Lo de Flor, Barcelone




Voici encore un exceptionnel endroit que celui-ci à Barcelone et qui vaut vraiment la peine d’être découvert. Certes le quartier peut en rebuter plus d’un car cette partie de El Raval semble pour certains être un peu alternative ou un peu trop exotique, cependant cette visite chez « Lo de Flor » est vraiment un très beau moment à vivre. Des rues qui sont très vivantes avec ci et là des bars, des magasins de produits alimentaires et quelques restaurants. C’est dans ce quartier que commence d’ailleurs à se développer les endroits les plus à la mode de la ville. « Lo de Flor », c’est tout d’abord Flor… Une jeune femme qui vous accueille avec beaucoup d’enthousiasme, de gentillesse et d’émotion.

Une petite arcade donc dans cette rue de les Carretes avec quelques fougères dans des pots muraux suspendus. Un bistrot qui à l’air de l’extérieur des plus sympathique.


L’intérieur est assez épuré avec un comptoir à l’entrée, quelques tables devant celui-ci et ensuite un second niveau un peu en contrebas ou se trouve nous dirons la salle principale. Ce qui fait déjà la première différence par rapport à d’autres établissement, c’est ce choix de décoration un peu « shabby chic », avec des éléments dons des tables réalisées sur mesure par un artiste menuisier situé dans Gracia. Table en vieux bois avec structure de pied métallique, chaises blanches ou disparates, des fleurs et des bougies. Quelque chose qui on ne sait pas pourquoi pourrait rappeler l’intérieur d’un particulier et qui a quelque chose de joliment féminin.





Décoration minimaliste avec vieux bois, lampes qui tombent du plafond et quelques pots sur des étagères en hauteur. Des tables joliment dressées avec des chemins de table et des assiettes ovales sur lesquelles vous trouverez déposés serviette et coutellerie.

La structure de base a été conservée, le sol est d’époque, il y a une ambiance assez romantique et presqu’un peu envoutante.




Comme je le disais précédemment, Flor c’est la patronne et « Lo de Flor » veut dire quelque chose comme « chez Flor ou la maison de Flor » mais non pas tout à fait en Espagnol mais dans ce que j’oserais clarifier de dérivé...en argentin. L’explication étant que la maman de Flor est d’origine des Asturies, qu’elle a migré en Argentine, s’est mariée dans ce pays avec un homme d’origine italienne. Flor est donc née là-bas et son restaurant est un peu le reflet de toutes ces origines jusque même dans la cuisine elle-même. Un personnage souriant, passionné, plein de charme, avec une forte personnalité qui tout de suite vous donne l’impression d’être amis depuis longtemps. Elle s’assied à côté de vos et prend le temps de vous expliquer la carte, les plats, tous préparés avec les ingrédients et produits de saison. Des mets donc inspirés de toutes ses origines avec des clins d’œil un peu partout. Quelques olives pour démarrer et la commande est passée.


Pour commencer de délicieuses coques gratinées sur lesquelles nous trouverons une sauce à base de Cava et du parmesan. Cela me rappelle un peu le style de préparation de huitres Rockefeller, épinard en moins. Elles sont déposées en ligne sur un plateau de sel noir.


De fabuleux ris de veau, croustillants, découpés en fine tranches et servis avec une sauce chimichurri généralement réalisée à partir de persil, d’origan, d’ail, d’oignon, de piment rouge, de vinaigre et d’huile. Sauce traditionnelle, qui vient d’Argentine qui est habituellement réalisée à l’aide d’un mortier et d’un pilon ou en découpant les herbes très finement.


Une fraiche assiette de légumes de saison simplement poêlés, de petite forme comme du fenouil, des asperges qui ressemblent à celles que l’on trouve dans la nature, de toutes petites tomates, des oignons nouveaux, poivron brocoli et jeunes épis de maïs. Le tout est accompagné de la célèbre sauce romesco que je rappelle est composée principalement de tomate, poivron rouge, amande et autres ingrédients.



Et une excellente viande ave un secreto, du parmesan et des amandes effilées, un pesto. Le tout accompagné d’un très bon écrasé de pommes de terre au persil. Située près de l'épaule cette pièce mythique du cochon ibérique est particulièrement difficile à prélever d'où son nom « Secreto ». Cette pièce dévoile des saveurs inimitables de fruits secs et possède une jutosité très équilibrée. Le secreto fait partie des viandes les plus tendres du porc ibérique.




Et comme dessert, de gourmandes pommes caramélisées recouverte d’une onctueuse crème citron, accompagné d’un biscuit type brick.


Comme vin, sur les recommandations de Flor, un Planella de Montsant 2014 Joan d’Anguera, vin biodynamique fabriqué à partir de Cariñena, de Grenache, Syrah et Cabernet Sauvignon. Savoureux et corsé avec des côtés fruités, grillés et épicés.


Une très belle soirée que celle-ci dans un lieu plein de charme, romantique avec de belles rencontres. Une cuisine inspirée, une cuisine du voyage, du moment présent, un peu familiale, pleine de saveurs et de fraicheur.