samedi 9 juillet 2016

L'Auberge signée EHG, Genève




Institution réputée que l’école hôtelière genevoise qui est aussi dédiée à la restauration, située à l’avenue de la Paix à côté des Nations Unies, le « Vieux Bois » est une table avec une ambiance plutôt feutrée. Depuis le mois de mars cette année s’est ouvert « L’Auberge » que l’on pourrait considérer comme une dépendance mais à la différence que le décor est plutôt campagnard et la cuisine du terroir, ce qui est plutôt le bienvenu sachant qu’il devient de plus en plus difficile à Genève de trouver des tables avec une cuisine locale. « La Renée » de Soral, « Harry Marc » dans la rue de Carouge ayant disparus depuis belles lurettes, on ne peut que se réjouir de cette initiative.



« L’Auberge » se trouve dans la commune de Prégny-Chambésy dans un coin plutôt calme malgré la voie ferrée non loin et qui propose une très agréable terrasse sous les platanes. Une belle et grande maison de village blanche, un parking pour la clientèle, un accueil chaleureux et souriant, tout pour une agréable soirée.

Un intérieur vide ce soir puisque tout le monde profite du beau temps et dine à l’extérieur. Une belle rénovation de cette ancienne maison avec pierres apparentes, poutres et murs blancs. Deux salles avec la première qui surement est celle du bistrot et la seconde plus traditionnelle avec nappes sur les tables.




La terrasse sur un classique gravier est fort agréable, les tables bien espacées, l’ambiance tout à fait décontractée.



Quelques verres de vin Genevois du domaine des Huttins pour l’apéritif et nous voici tendu la carte. On y retrouvera effectivement une sélection d’assiettes soit Genevois ou plutôt lémaniques avec des malakoff, des charcuteries du canton, de la longeole, des poissons du lac comme l’omble, la fera et le brochet, mais aussi d’autres plats plus internationaux.

Certains choisirons les Mini-Malakoff et salade verte. Une ardoise avec une salade composée et comme le nom l’indique des minis Malakoff tout à fait bien cuisinés.



Je choisirai le Tartare d’omble, avocat et crème citron vert. Présenté comme trois cuillères sur lesquelles se trouvent de fines tranches de pain grillées, on pourra regretter un peu la fadeur des saveurs. L’idée d’utiliser un poisson de lac est bonne mais il faudrait aussi assaisonner de manière plus marquée. Même observation pour la crème d’avocat qui manque elle aussi de « peps ».



La traditionnelle longeole genevoise, lentilles à la moutarde en grains et petits légumes est excellente, de petite taille et agréablement servies sur ces lentilles bien préparées.


Le Filet de féra sauce vierge, tian de légumes et pommes de terre écrasées est un peu trop cuit. Difficile d’obtenir un poisson comme je l’apprécie à savoir encore un peu moelleux en son centre. C’est cuisiné de manière classique comme des filets de perche, la sauce vierge est un peu fade, les pommes de terre malheureusement un peu tièdes.


Un peu déçu avec la Quenelle de brochet du lac léman, crème d’écrevisse, riz, fondue de poireaux. Un manque de légèreté et à nouveau de saveur comme la crème, une fondue de poireaux qui ne me semble pas vraiment de saison.


Une assiette de fromage pour l’un des convives en dessert.


Certes nous sommes dans une école hôtelière et l’on peut se dire que ce sont des jeunes qui cuisinent mais tout ceci demande quand même un peu plus d’audace dans les saveurs au niveau goût et de précision dans la cuisson. Cependant l’endroit est très charmant, le service attentionné, les prix extrêmement raisonnables pour Genève et on y trouve des plats comme peu d’endroits ailleurs. Quelques réglages et nous aurons un superbe endroit à Genève !