jeudi 1 mars 2012

Gasthof Hirschen, Interlaken


Je dois avouer qu’il m’arrive très rarement de « manger Suisse »…Mais déjà...cela veut dire quoi ? La plupart du temps lorsque l’on me demande « que mangez-vous en Suisse »...J’ai un peu de la peine à répondre…Ce qui me passe par la tête ; fondue, raclette, fricassée genevoise, papet vaudois, émincé de veau zurichoise, rösti et läkerli…Eh bien oui, c’est tout…pas très variée et riche notre cuisine ! (J’en entends déjà grommeler…).

Malgré tout c’est toujours avec un énorme plaisir que je déguste quand je la rencontre cette cuisine qui se fait rare en Suisse Romande (en tout cas à Genève) et quel l’on trouve plutôt régulièrement et principalement en Suisse Alémanique, allez savoir pourquoi…






Situé dans une ferme du 16ème siècle, le Gasthof Hirschen sert probablement une des meilleures cuisines dans son style à Interlaken. Ce magnifique bâtiment qui aussi est un hôtel a été soigneusement restauré et a retrouvé sa splendeur d'origine grâce à une rénovation ayant pour soucis le moindre détail. Du bois partout dons des décorations extérieures exceptionnelles, des plafonds bas, de jolies petites tables bien proprettes, nous sommes en Suisse !!





Déjà, il faut impérativement commencer avec du Hobelkäse ! Pendant l’été, dans les cantons de Berne et du Valais, les vaches paissent dans les pâturages de montagne et les fermiers, qui ne possèdent que quelques têtes chacun, rassemblent leur lait pour faire ce fromage. En automne, ils reviennent chez eux et se partagent les fromages lors du Chästeilet annuel, un événement majeur pour les fermiers. Coupé en tranches fines comme du papier, le hobelkäse révèle l’arôme exquis de fleurs des champs apporté par le lait et convient parfaitement pour l’apéritif, auquel l’on peut ajouter de la viande séchée et fumée. C’est ce que nous avons choisis avec de très bonnes charcuteries ; lard fumé, jambon fumé et tout l’attirail vinaigré.. Le tout accompagné d’un pain comme je n’avais plus mangé depuis l’école de recrue…accompagné d’un beurre aillé.


Comme autres entrées intéressantes, des soupes. Une soupe de pomme de terre avec du fromage de montagne, une soupe de carottes aux graines de tournesol, de la soupe à l’orge et au lard, mais aussi une tarte au fromage suisse avec du lard et des oignons.

Pour les mets principaux, le choix à la carte s’avère un petit peu plus compliqué... Escalope de veau sauce citron ou de poulet sauce basilic, foie de veau sauce madère, rôti de bœuf, entrecôte poivre vert. Egalement des mets plus Suisses tel que l’émincé de veau zurichoise-rösti, le poulet au curry (oui…oui très suisse…avec des ananas et de la crème fouettée.. sans oublier la « fameuse cerise » au dessus !). Egalement la platée bernoise que j’ai prise avec des haricots séchés (une expérience pour les non-suisses, je vous le garantis..), des charcuteries, de la choucroute un peu acide et des pommes de terre vapeur et plein d’autres classiques d’il y a bien une trentaine d’années en arrière… Et pour « finir » dans la catégorie « traditionnelle » : fondue au fromage (quoique certaines pas si traditionnelles..au curry…à la tomate et basilic…aux herbes fraiches), bourguignonne, chinoise, raclette, des röstis « selon ses désirs » à savoir aux tomates, aux crevettes (gloupsss..), au jambon et ananas (re-gloupss), au poulet paprika, au poulet au curry… Le foie de veau choisis était trop épais, couvert d’oignons frits et de très bons röstis.




Des meringues à la crème, des alcools blanc pour finir…Une cuisine d’un « autre monde » peut-être, décalée mais rassurante. On n’oublie les endroits branchés, on contemple la cuisine de loin avec les produits Knorr, on mange avec la radio suisse allemande ou passe Abba, Bryan Adams et autres Peter Maffay.,.


L’Hirschen possède aussi une ferme alpine et élève son bétail et pour cette raison vous pouvez y trouver du bœuf bio angus, du veau, du fromage et des légumes de premier choix.

Une vraie expérience ethnique garantie...