lundi 11 janvier 2016

Streetbird, New York



Balade dans Harlem que je n’avais jamais vu auparavant et après quelques heures de marche nous voici au « Streetbird » dont la réputation est plutôt positive. Typiquement le style d’établissement plutôt « mode » et qui propose une cuisine assez simple sans tomber dans le burger ou autres genres de restauration rapide. Plutôt un lieu extrêmement convivial qui traduit parfaitement l’ambiance de ce quartier qui mérite d’être au moins une fois visité.


Situé au coin de deux rues dans un bâtiment en brique classique de ce quartier, ce « Streetbird » a vraiment tout pour plaire dans un style « diner » mais décoré de manière plutôt extravagante et c’est cela qui plaira immédiatement.  Comme le nom l’indique, on y vient manger entre autre de la volaille cuite à la broche mais d’autres plats seront également proposés.     



Un intérieur que je pourrais qualifier de « pop ». Très coloré, un accueil avec un monsieur en pantalon rouge et chapeau, des objets de la génération hip-hop ou rap des années 80 avec une paroi de « ghetto blasters », un sol de mosaïques, ainsi que des peintures ou tags sur les murs. 


Des objets qui pendent au plafond comme roues de vélos pour des lustres et autres associations fantaisistes.







Possibilité de commander sa nourriture et de manger chez soi mais l’intérêt réside probablement à s’asseoir et consommer sur place. 


Sur la gauche la cuisine ouverte à côté de la caisse.


Le bar en fond de salle est vraiment très beau avec toutes ses lumières et couleurs avec un côté peut-être presque caribéen. 



Au centre la salle avec ces chaises comme dans un « diner » de revêtement de skaï orange, les tables de bois laqué dont le style rappelle les années 60, une batterie transformée en lustre et quelques murs en briques rappelant l’extérieur du bâtiment. Et ensuite apprécier l’excellente musque soul ou funk des années 70 à 80.


Pour ce jour de Noël, un menu spécial pour le déjeuner avec le « Streetbird Story Bird » qui est du canard ou alors le « Holiday Ham » qui est le traditionnel jambon, les deux préparés à la manière pékinoise dans une sauce « Hoisin » type BBQ, fumée. Les légumes du jour laqués, des pommes de terre sautés dans la graisse de poulet et les non moins traditionnel « Mac and Cheese ».

Les rations sont plutôt généreuses. Le jambon est gouteux accompagné de ce mélange de pâtes plutôt roboratif. Les choux sont assez caramélisés avec une forte saveur de ce genre de sauce soja un peu sucrée. Les pommes de terre sont superflues tenant compte que l’on a déjà des pâtes.


Le plat à base de canard est identique et la volaille est bien cuite, parfaite pour ce jour de fête.




Il y aura un troisième plat qui est un demi-poulet servi avec une sauce BBQ fumée, purée de pommes de terre et légumes. A nouveau rien à dire, c’est parfaitement cuisiné et comme décrit en préambule, simple et sans recherche particulière.


Avec ce repas une nouvelle découverte de bière locale avec la Coney Island Lager plutôt très rafraichissante.


Et une Blue Moon qui devient un classique aux Etats-Unis toujours servie avec une tranche d’orange.


Un endroit vraiment sympathique pour une cuisine ménagère sans prétention dans un quartier qui mérite d’être découvert pour son histoire et la décoration. Sans compter la magnifique bande son des années 70 à 80.