jeudi 14 janvier 2016

Gentleman Farmer, Brooklyn




Soirée de Noël et pas franchement évident que de trouver un établissement ouvert avec une ambiance de circonstance qui propose une cuisine plutôt gourmande et de saison. C’est suite à quelques discussions avec des connaissances qui ont vécus à Brooklyn que nous optons pour « Gentleman Farmer » dans le quartier de Fort Greene qui a une très bonne réputation. Une table qui propose une cuisine française plutôt classique ou bistrotière. C’est donc dans Myrtle Avenue que se trouve cet établissement avec sa devanture plutôt ouverte sur une salle en longueur.


Une décoration plutôt de saison avec des guirlandes de sapin le long de deux banquettes murales face à une série de tables qui sont ce soir évidement toutes occupées. Un agencement comme l’on pourrait trouver un peu partout dans les capitales mais il y a quand même quelque chose qui me fait rappeler à l’Europe.




Un accueil charmant et il n’est pas difficile d’identifier que la personne qui nous reçoit est justement Française. Pendant cette soirée, nous avons appris que l’équipe en place est donc constituée d’un cuisinier Français Karim Nounouh et de son partenaire qui nous a accueilli. Après plusieurs mois de rénovation effectués non pas par des corps de métier mais les propriétaires eux-mêmes, nous voici installés dans ce lieu très confortable avec une très agréable atmosphère. C’est d’ailleurs leur second établissement, le premier se trouvant dans le Lower East Side.

Etant arrivés un peu à l’avance, nous voici en attente en fond de salle où se trouve le bar face à la cuisine. Clairement ce soir cela ne chôme pas et nous voilà proposés de prendre l’apéritif avant de passer à table. 




Une cuisine de taille réduite où l’on peut observer le dressage des assiettes, le chef qui orchestre la succession des commandes et qui semble être plus ou moins seul à bord avec une assistance plutôt limitée.




La charmante serveuse nous propose une jolie carte de vins et nous voilà en train de déguster à ce comptoir un agréable vin blanc américain, un Riesling 2014 de la maison Hermann J. Wiemer. Un des meilleurs Riesling aux Etats-Unis, parfumé avec une touche minérale et sur le fruit. Une maison à l’origine allemande.


Passage à une agréable table ronde et nous voici tendu le menu. Une très jolie carte avec une succession de plats entre style brasserie et bistrot qui malgré son côté français est également inspirée par quelques assiettes méditerranées ou mêmes une cuisine américaine très actuelle.

En entrée pour un convive, un Foie gras au torchon, brioche, chutney d’oignon. Il faut savoir qu’il est extrêmement compliqué de trouver ce produit aux Etats-Unis et que même dans certains états, celui-ci fut censuré pendant un certain temps. Dans l’état de New-York, selon mes sources et confirmé par notre agréable responsable de salle, il provient de la maison d’Artagnan réalisé à partir de canards élevés sur sol américain depuis 1985 dans la Hudson Valley. Parfaitement assaisonné et cuit, je défie n’importe qui d’identifier qu’il ne vient pas de France.  Joliment présenté entre deux belles tranches de brioche avec sur le dessus ce chutney aigre-doux qui s’harmonise parfaitement avec le foie. Une assiette é recommander si vous êtes un inconditionnel de ce produit ou en manque…car résidez à New-York depuis trop longtemps…


Sans en avoir la certitude mais il y a de fortes chances que le produit de l’assiette suivante provienne de la même maison, une Salade de magret de canard fumé, jeune roquette, Pecorino, asperges et noix caramélisées. A nouveau un excellent produit sur une jolie salade bien assaisonnée.


Pour moi des Noix Saint-Jacques poêlées et foie gras sur un velouté de pois cassés. Snackées à la perfection avec encore le centre moelleux, en harmonie avec le foie et déposée plutôt sur une crème qu’un velouté, amenant une touche fort agréable en bouche.


Nous continuerons avec des Noix de chevreuil, cèleri, tomates rôties, sauce au roquefort. Viande tendre et cuisson adaptée, on y trouvera également une endive et du chou-fleur. La sauce au roquefort est discrète et n’écrase pas le goût du chevreuil.


Autre plat principal, un classique Tournedos Rossini qui est un filet de bœuf, foie gras, asperge, carottes nouvelles. C’est à nouveau parfaitement cuisiné avec des cuissons précises. Une assiette vraiment gourmande qui rappelle ô combien les classiques sont souvent des repères incontournables.



Et Un seul dessert avec une impeccable crème brulée.


Eh bien voici un très sympathique établissement qui se donne beaucoup de peine pour satisfaire une clientèle intéressée par une cuisine française de qualité à Brooklyn. Un endroit convivial, de jolies assiettes, tout pour passer une bonne soirée.