jeudi 17 avril 2014

Can Climent Platillos, Begur



Begur est l’un des villages que j’affectionne tout particulièrement en Catalogne et ici pour quelques jours j’ai eu l’envie cette-fois ci de découvrir sur les recommandations d’un ami « foodiste », Can Climent Platillos en pleine vieille ville médiévale.

Un restaurant de tapas et non pas un bar à tapas avec une vingtaine de couverts seulement. Evidement réservation plus qu’indispensable car c’est toujours plein ! 

En plein centre, non loin de l’église vous trouverez ce tout petit établissement au coin d’une rue avec les plats affichés sur une grande ardoise extérieure.


 
Une petite salle au ton blanc et bleu juste en face d’un comptoir où l’on peut également manger qui rappellera les anciennes tavernes de pécheurs. Superbe ambiance…l’endroit est très convivial, Pilar la femme du chef s’attèle a que tout se passe bien.



 
Le chef Sergi Climent a eu travaillé dans le passé chez Martín Berasategui, Celler de Can Roca et de manière plus locale à l’Hostal Satuna. Ceci explique peut-être l’engouement à venir manger ici mais surtout parce que l’on y déguste des tapas innovants ; de belles et originales assiettes.

Une carte vous sera apportée avec les « platillos » que l’on doit probablement retrouver tout au long de l’année mais aussi les mets du jour. Généralement l’on prend trois ou quatre tapas par personne ou plutôt « platillos » de 6 à 12 euros chacun.


Une bouteille de Rueda JOC en 2012 de Jordi Oliver et c’est parti pour une succession de mets à partager.

 
Pour patienter quelques olives farcies aux anchois de l’Escala et sauce Martini. Comme nous sommes tout prêt de cette ville, autant démarrer avec ceci, ici intelligemment associé au Martini. Finalement un cocktail inversé ! Une astuce que je me rappellerai.


Le carpaccio de pieds de porc, langoustines et vinaigrette de fruits secs est plutôt étonnant et délicieux. De fines tranches de cette charcuterie plutôt rare, les langoustines chaudes et moelleuses, la petite sauce adoucie par les fruits.


J’ai beaucoup apprécié  la salade de poulpe, petits légumes verts à la vinaigrette au paprika. Présenté comme un cannelloni, les lamelles de poulpes entourent une julienne de légumes croquants et sur le dessus une sauce semblable à celle du poulpe à la galicienne. Pommes de terre violette et asperge pour ajouter de la couleur.


Probablement un des plats les plus demandés, la lasagne translucide farcie aux cèpes, feuilles de roquette et sel de bacon. Une feuille de riz farcie généreusement de champignons, de quelques feuilles de roquette et du bacon traité comme des gratons. Une assiette très gourmande.


Les brochettes de langoustines et mayonnaise aux fruits de la passion m’ont surprise surtout pour cette délicieuse mayonnaise fruitée. Une autre idée à retenir !


Autre bouteille de vin rouge de l’Emporda, un Tu Rai… des Pyrénées. Un vin de table très agréable.


Un pigeon en deux cuissons : pastilla et poêlé. Le pigeon est délicieux  et bien rosé comme il se doit, dommage peut-être que le fond de sauce contienne de l’épaississant. La menthe sur le dessus, une belle idée.


Magnifique cochon de lait à l’orange, gingembre et crème de potiron. Le porc fond dans la bouche, la sauce orange-gingembre est parfaite. 


Un très grand plat, le poisson de la méditerranée : petits poireaux, bergamote. Le poisson est cuit sur l’arrête, les jeunes poireaux sont presque doux et le beurre parfumé à la bergamote absolument vertigineux en ce qui concerne les saveurs. La bergamote étant un agrume dont on n’utilise que le zeste.


Un peu déçu par les desserts  avec la mousse au chocolat, poivre de Sichuan, safran et gruaux de cacao.


La crème catalane au lait de brebis du ripolles et framboises fut correcte.


Comme Begur fut à une époque le point de départ pour la Havane et qu’il y a même un festival cubain chaque année en l’honneur des navigateurs, des mojtos avec du vieux rhum de 7 ans…



Un endroit a ne pas manquer à Begur où vous passerez sans aucun doute une délicieuse soirée !