mardi 24 novembre 2015

Mes adresses : C. Reynon, Lyon




Ce ne sont pas les adresses qui manquent à Lyon pour s’approvisionner de produits de qualité comme par exemple aux halles de Lyon mais il existe également au centre-ville des adresses très réputées comme par exemple la charcuterie et traiteur C. Reynon qui est un établissement de renom dans le second arrondissement.  Une de ces adresses très professionnelles qui date de 1937 où Georges et Laurent Reynon sont au laboratoire, fils et petit-fils de Claudius Reynon (disparu en 1990).

C’est ici que se fabrique l’un des mets les plus prisés de la gastronomie française appelé « l'Oreiller de la Belle Aurore » qui se fabrique entre Noël et Janvier depuis les années 50.  Une recette mythique, remonte aux temps de Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826). Un pâté froid carrée de 32 kilos avec quinze viandes différentes dont dix gibiers, sans oublier le ris de veau, les truffes, le foie gras, la volaille de Bresse AOC, les farces... Quinze à seize pièces confectionnées chaque année « seulement ». Amateurs de pâtés en croute, filez chez Reynon pour vous procurer un morceau de celui-ci qui est en forme d’oreiller. Certes la qualité a un prix (85/90 euros le kg) mais cela en vaut réellement le prix.



En dehors de cet « événement » annuel, cette charcuterie/traiteur propose également une magnifique sélection d’autres produits comme des terrines de foie gras, des magrets fumés, des jambons, des plats cuisinés comme des suprêmes de volaille, des quenelles et des pavés Richelieu.



Les charcuteries ne sont pas en reste avec des saucissons fumés, saucissons secs, de la saucisse de Toulouse, des Godiveaux, des sabodets, des saucissons à cuire pistachés ou truffés, des cervelas morilles et pistaches, des andouillettes, évidement tout « maison ».





Un coin de produits fins avec fromages et produits laitiers. Des volailles en fonction des arrivages.



En fonction de la saison un certain nombre d’autres pâtés ou créations que l’on n’a pas l’occasion de voire fréquemment avec aujourd’hui une énorme tête roulée pistachée.


Les pâtés en croute à la volaille, Saint Hubert ou Richelieu ne sont pas en reste, ce dernier étant un pâté  à la viande de porc et de veau, enrichi avec des champignons, foie-gras, pistaches, épices et des grains de moutarde, relevé avec du Porto selon les recettes.

Un paradis de la charcuterie et autres plats cuisinés pour les amateurs de produits d’exception.