mercredi 11 février 2015

La Grange, Morzine



Il existe un certain nombre de tables à Morzine et je ne connaissais pas encore « La Grange » dont on m’avait flatté la qualité de sa cuisine. C’est dans le centre de la ville que vous trouverez dans une petite rue cet établissement qui dans un vieux chalet. Pas trop difficile de trouver l’endroit qui est clairement indiqué avec ses enseignes.


De grandes baies vitrées et des buches, l’entrée se trouve être simplement au milieu. L’apparence de l’extérieur laisse présager un lieu très cosy et une ambiance classique savoyarde.


Un intérieur boisé plutôt spacieux avec deux salles décorées avec des objets traditionnels ; cloches de vaches, vieux skis, fourches, collier d’animaux, boilles  à lait et autres objets du folklore local. Une entrée avec un bar puis deux salles avec des tables de bistrot classiques dressées avec des napperons rouges et blancs. Une ambiance vraiment agréable évidement sans surprise mais ce n’est pas non plus ce que l’on recherche ici.






La seconde salle m’a semblé être moins feutrée et plus adaptée pour des repas de groupes, mais cela reste une question de goût.


Une carte-menu qui propose une très jolie sélection de plats qui sont tous réalisés sur place.  A noter que les menus sont un extrait des plats à la carte et que dans la formule complète trois plats, appelée « Gourmande », celui-ci sera facturé 30 euros. Possibilité également de ne prendre que deux plats ou encore choisir des mets aux fromages dans une autre section.

Quelques petits feuilletés pour commencer et la suite arrivera de manière bien suivie malgré que le restaurant soit plein ce soir.


Une terrine maison de gibier, airelles et cognac, confiture d’oignon blanc. La texture est fine, bien parfumée, servie classiquement avec cornichons et pain grillé. Une garniture de feuilles d’endives et des graines germées de betterave rouge et les oignons bien compotés.


La tarte au fromage d’Abondance, petite verte garnie aux noisettes est particulièrement savoureuse. Une très bonne pâte brisée avec un mélange crème-fromage très léger. La salade est recouverte de noisettes concassées.  


En plat principal, un carré de porcelet, jus aux épices à vin chaud, figues rôties, moelleux de pommes de terre et panais. Une assiette tout à fait correcte mais qui ne laissera pas un grand souvenir. Le chou rouge est malheureusement un peu sec et presqu’acide. 



J’ai choisi le suprême de poulet fermier, sauce au miel des Ardoisières et moutarde, gratin savoyard, légumes de saison. La volaille est vraiment bien cuite, juteuse et tendre. La sauce est douce et bien assaisonnée, le gratin bien cuisiné et comme il se doit sans crème.



En dessert, cela sera le dessert du jour, une tarte aux poires amandine. Si l’apparence est appétissante, cette tarte sera un ratage total. Je félicite l’établissement qui admet sans aucune hésitation qu’il y a dû y a voir un problème en cuisine et me propose immédiatement de m’offrir un café gourmand en remplacement.


Une petite crème brulée, un petit moelleux au chocolat, un petit gâteau de fromage blanc avec coulis de myrtilles. Tout est très bien réalisé et gourmand.




Une mention spéciale pour une fabuleuse bouteille que le Abbotts Delaunay, Carignan 2012 Alto Stratus. Une maison que j’avais découverte il y a bien longtemps dans l’ancien Flocon de Sel de Mégève ; un vin d’une grande élégance et profondeur très sagement tarifé ici, un haut de gamme du Languedoc-Roussillon réalisé par l’association de deux œnologues australiens.


Un repas très agréable dans un décor classique savoyard malgré quelques imperfections. Le service est suivi et plaisant, les prix sont très raisonnables.