mardi 25 février 2014

Kantorei, Zürich



Me baladant l’été passé dans le vieux Zürich, j’avais beaucoup apprécié ce dédale de vieilles rue et ces boutiques, certaines presque d’un autre temps. La place Neumarkt semblant être un peu le centre de ce quartier, j’avais remarqué une très belle terrasse dans cette piétonne où les places semblaient plutôt rares et la clientèle plutôt satisfaite de son assiette. J’avais donc gardé cet endroit à l’esprit, me trouvant cette fois-ci dans le Niederdorf et sans moyen de déplacement à part les transports publics.



Donc pourquoi ne pas tenter l’expérience un soir d’hiver ? J’avais déjà bien apprécié le style extérieur des fenêtres avec ce côté presqu’un peu art déco ; des encadrements de bois avec des moulures rondes mais l’intérieur n’est pas en reste. Sur un côté de la salle une sorte de lounge où probablement l’on prend un verre et de l’autre la salle de restaurant. Une décoration plutôt cosy réalisée avec de grande lampes, des miroirs avec des dorures et même des lustres de cristal ou quelque chose de semblable… Des murs ocres ou rouges sang pour donner au tout un côté plutôt chaleureux.


La salle est plutôt vide et l’on m’invite à m’installer à une table sans nappes alors qu’il y a un certain nombre de tables dressées avec. Un peu étrange… Probablement qu’étant seul, on « va faire des économies » de lavage et repassage de nappes…

Donc j’aurai droit à une table avec un set de table…Voila…je suis puni ! Allez savoir pourquoi ?


La  carte ne s’aventure pas très loin avec un choix plutôt classique et limité comme des tartares, des risottis, des côtes d’agneau provençales et le wienerschnitzel.  Je me cantonnerai donc a choisir du classique…pour autant que cela soit bien exécuté, cela ne me pose pas trop de problème.

Un petit amuse-gueule plein de fraicheur m’est apporté ; un mini toast avec du fromage blanc, quelques légumes frais comme des pousses, une fine lamelle de carotte, de l’olive noir, de la tomate séchée et de l’aneth. Agréable…


J’ai choisis en entrée une crème de parmesan à l’huile de truffe pensant trouver un peu d’originalité. Plus une soupe assez liquide avec un vague goût de fromage et sur le dessus une mousse dans laquelle a été ajouté de l’huile de truffe. Un siphon a probablement été utilisé pour recouvrir cette soupe. Pas mauvais mais non plus excitant.


Par contre le plat que j’aurai choisis qui est surement le « best seller » de la ville s’est avéré être une réussite. L’émincé de veau zurichois avec des röstis au beurre. La viande est très tendre même si en rare quantité, la sauce plutôt fine sans ajout d’épaississant, les champignons de Paris ont peut-être un peu remplacé le veau…au vu de leur nombre. Un très bon röstis cuit parfaitement ; doré, avec des pommes de terre qui sont râpées a la bonne taille et les morceaux se détachent les uns des autres. Un modèle du genre ! Un bon plat bien exécuté selon les règles.


Pas trop d’ambiance ce soir, ce qui peut s’expliquer par le jour de la semaine ou par le fait que le lieu est peut-être plus fréquenté pendant les belles soirées d’été. Un repas plutôt correct mais la terrasse apporte probablement un grand plus…