mercredi 25 avril 2012

Bistrot des Canailles, Cannes


Voici un autre de ces endroits un peu caché de Cannes où l’on se réjouit de passer une excellente soirée car l’endroit cumule un certain nombre de qualités ; convivialité, ambiance, et très bonne cuisine. Les Canailles est un lieu parfait pour venir entre amis et vivre un moment très agréable.


On entre tout d’abord par le bar où l’on peut prendre un verre avant de passer dans la salle de restaurant attenante, et vous pourrez même vous asseoir dans un sofa moelleux, ce qui est plutôt très plaisant. L’accueil est fort charmant, sympathique et l’on se sent tout de suite bien dans cet établissement.



Après quelques verres d’excellent cote de Provence blanc du domaine Jas d’Esclans 2011 aux notes d’agrumes, nous voici dans une salle de restaurant décorée avec bons goûts, Des murs de pierres apparents, un gigantesque miroir au cadre doré sur l’un des murs, des tables élégamment dressées ; une parfaite combinaison entre un coté un peu moderne, design et une architecture rustique.


Carole Peretti et Lysiane Levivier qui ont eu l’occasion de travailler dans des établissements renommés comme chez Alain Llorca sont les deux personnes qui s’occuperont de vous pendant cette soirée. En cuisine, Michel Cortesi qui eut travaillé au Moulin de Mougins vous fera partager sa cuisine du marché, presque ménagère et heureusement de saison. Une carte qui vous sera présentée sur un tableau-ardoise avec quelques plats additionnels qui vous seront communiqués au même moment. Une carte de bistrot, de la cuisine un peu d’antan, simple, avec des valeurs sures. Tout ce qu’il y a de plus rassurant pour les gourmands.




Mon entrée fut l’œuf cocotte « façon canailles », recette très classique, une cassolette dans laquelle se trouvait un œuf poché dans une sauce crème montée au foie gras et dans laquelle se trouvait des champignons, probablement des pleurotes découpées en morceau. C’est évidement bon car gourmand comme souvent dans ce style de cuisine.


Autre entrée, une salade quinoa aux Saint-Jacques. Quelques coquillages joliment disposés avec les Saint-Jacques en sauce verte et au centre la salade de quinoa parfaitement assaisonnée avec ses légumes croquants.


Troisième entrée, des rouleaux de printemps au crabe ; une très belle assiette avec une apparence indéniable de fraîcheur, une association de couleurs vert et rouge rendant l’assiette fort tentante.


En plats principaux, j’ai pris les joues de bœuf façon daube. Voici le style de plat que j’aime particulièrement, traditionnel et très goûteux. La viande fondante comme elle se doit et une sauce pour une fois pas trop vineuse ou écœurante. Dommage que la purée de pomme de terre accompagnant le plat fut trop liquide. Ayant signalé un peu de déception pour cette dernière, le cuisinier a aimablement re-proposé cet accompagnement.


Les autres convives choisirent le filet de Saint-Pierre sauce vierge et un magret de canard gingembre-orange. A nouveau des plats que je qualifierais de simples mais réalisés avec maîtrise selon les commentaires échangés autour de la table.



Pour accompagner ce repas, un excellent Costière de Nîmes Mas du Notaire, Maître 2008 aux tanins souples.


Pour finir un fantastique baba au rhum et je dis fantastique parce que cela doit bien faire une vingtaine d’années que je n’avais pas mangé ce dessert d’anthologie qui de mémoire fut créé au dix-neuvième siècle…J’avais le vague souvenir d’un gâteau plutôt spongieux inondé de sirop, mais ici d’une légèreté aérienne , accompagné comme il se doit de crème fouettée et imbibé de rhum pas trop sucré...


Voici encore la démonstration que l’on peut encore en 2012 faire d’excellents repas à des prix tout à fait raisonnables, surtout pour la Riviera, en mangeant une excellente cuisine de bistrot dans un endroit tout à fait charmant et une ambiance des plus conviviales.